section milsim airsoft Index du Forum
section milsim airsoft
escouade d'airsoft milsim de chalon sur saone 71 , association CA71
 
section milsim airsoft Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Déplacement tactique ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    section milsim airsoft Index du Forum -> Espace prive SMA -> espace tactique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aurelien387
membres d'autres team & freelancer

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2012
Messages: 453
Localisation: Dijon
Masculin Vierge (24aoû-22sep)
repliques: M4, M14, L96
team: GCA

MessagePosté le: Lun 30 Juil - 18:20 (2012)    Sujet du message: Déplacement tactique Répondre en citant

Voici un truc pour les déplacements que j'ai trouvé sur internet



Equipe de 4 :
1er joueur -> regarde devant
2ème joueur -> regarde à droite ou à gauche
3ème joueur -> regarde à gauche ou à droite
4éme joueur -> regarde derrière

Je pense que le mieux c'est que ce soit le joueur de devant qui détermine les direction à regarder, car c'est lui qui est devant et qui risque de prendre la première bille.
Il peut donc donner les direction qu'il pense être le mieux pour chacun.

Quelques astuces tactiques simples pour mieux se déplacer seul, en binôme ou en groupe lors d'une partie d'airsoft.

La base :

- Toujours visualiser sa prochaine position couverte et l’itinéraire à suivre pour l’atteindre avant de quitter celle où on se trouve.

- Faire des déplacements les plus courts possibles, découper au maximum le parcours.

- Penser à utiliser le relief naturel du terrain comme couverture lors des étapes du déplacement. Par exemple, préférer se mettre derrière une butte qu’à son sommet, dans un trou que sur une surface plane, etc.

- Toujours préférer la position allongée, à défaut à genoux, éviter au maximum de rester debout.

- Se déplacer en alternance avec son binôme (en tiroir ou en perroquet) pour déstabiliser l’adversaire et éviter l’effet « aller bouge, je t’attends ».

- S’arrêter pour écouter et observer à intervalle régulier.

- Utiliser le bruit du tir de couverture de son binôme pour se déplacer lors d’un engagement.


Déplacement dit en perroquet


Déplacement en milieu urbain Déplacement dit en tiroir


Comment ne pas se faire repérer :

- S’arrêter un moment après avoir fait du bruit lors d’une phase de déplacement, l’adversaire attribuera la perturbation à la nature.

- Eviter au maximum de faire bouger la végétation autour de soi.

- Eviter de parler, même à voix basse. En effet, si un craquement de branche peut être le fait de la nature, une conversation non…Préférer les signaux manuels tactiques.

- L’œil humain est naturellement attiré par le mouvement. Des mouvements lents se détectent beaucoup moins facilement que des mouvements rapides ou brusques.

- Attention aux reflets de la lumière sur les optiques. Il est recommandé à ceux qui en dispose de n’enlever la protection de l’optique que quand une cible est effectivement repérée. Une autre solution peut-être de cacher l’optique avec une extension pare-soleil.


Où regarder :

En progression groupée, assigner à chacun un secteur de couverture/observation. Il est plus efficace qu’un seul se concentre sur une portion réduite de l’espace à observer plutôt que tous le balaient entièrement.
- En binôme, le premier s’occupe du devant et de la droite, le second de la gauche et de l’arrière.
- A quatre, le premier s’occupe du devant, le second de la droite, le troisième de la gauche, le dernier de derrière.
- Etc. Les progressions de font toujours en nombre paire, le nombre idéal étant de 6.

Voici maintenant quelques astuces utiles pour attaquer ou défendre une position


Prendre position/engager :

- Pour le déplacement, penser à utiliser le relief naturel du terrain comme couverture.

-Ne prendre position que dans un endroit d’où on pourra s’extraire facilement en cas de repli, éviter de se piéger soi-même.

- Adopter la position la plus basse possible (à genou ou couché), éviter de rester debout dans l’embrasure d’une porte ou d’une fenêtre.-Ne jamais laisser le canon de son AEG dépasser de sa position de tir (fenêtre, embrasure, buisson) pour qu’il ne puisse pas vous signaler.


Pendant l’engagement :

- Il est recommandé d’intégrer un sniper dans chaque groupe d’assaut. Celui-ci se fond au maximum dans le groupe lors de la phase de déplacement pour qu’il ne soit pas possible de le différencier. Une fois arrivé sur l’objectif ou en cas d’engagement il se détache du groupe pour suivre son propre mode d’opération, créant ainsi un effet de surprise.

- Si les tirs adverses empêchent toute progression, éviter de rester fixe au même endroit pour ne pas se faire contourner. Il faut songer à se replier pour élaborer une autre tactique d’approche. Si le repli n’est pas possible, utiliser des fumigènes pour se redéployer et ainsi désorienter l’adversaire avant de passer à l’assaut.


En CQB :

- Pour « nettoyer » un bâtiment, toujours commencer tant que c’est possible par le haut et ensuite descendre. Les adversaires seront ainsi repoussés dans la rue et alors plus exposer aux tirs de vos coéquipiers. Un adversaire poussé vers le haut ne verra pas d’issus et sera plus tenace.

- Eviter tant que possible les fenêtres et portes pour entrer, elles sont plus exposées.

- Si vous en disposez, faire un tir de grenade avant d’entrer dans une pièce suspecte. .




C.Q.B.

I. Intro :
Ce document a pour but de donner les bases tactiques aux tireurs évoluant en milieux fermés. Les techniques développées ici sont tirées de celles enseignées par le capitaine Chuck Taylor et s'appliquent essentiellement aux armes de poing, SMG, shotguns et fusils courts. Ces techniques sont relativement simples mais permettent de préserver la propre vie ainsi que celles des coéquipiers. J'explique ici les principales positions et techniques nécessaires à l'inspection de lieux fermés. Celles-ci peuvent s'appliquer néanmoins aux milieux extérieurs dansent de type foret vierge ou milieux urbains. Ces techniques sont utilisées dans les cas réelles mais peuvent très bien être reproduites et utilisées pour l'Airsoft.
Je terminerai par quelques considérations techniques aux niveaux des armes de poing et de leur choix, ceux qui adulent les Desert Eagle et autres Beretta vont être déçus …
II. Positions des mains sur l'arme : concept
L'arme de poing doit être maintenue par les deux mains. On appelle main forte la main qui tient l'arme par la poignée (main droite pour un droitier, gauche pour un gaucher) et main faible l'autre main qui vient se placer sur l'autre coté de l'arme et sert pour effectuer les changements de chargeurs.
III. Positions fondamentales :
Je vous demanderai de bien vouloir oublier tout ce que vous avez pu voir au cinéma, Hollywood, c'est de la daube … exemple : un tireur qui essaie de passer un angle en restant coller au mur avec les bras recroquevillés et l'arme pointée vers le ciel a toute les chances de se faire shooter des que son nez sortira du couvert …
La chose fondamentale : l'arme doit toujours être dirigée dans la même direction que le regard et jamais ailleurs, pour cela, il faut adopter la position dite "Weaver stance" et la position de sécurité. La Weaver stance implique une position particulière du corps : l'axe des épaules doit être de biais par rapport à la ligne de visée, épaule faible devant, la forte derrière, permettant au bras fort d'être complètement tendu, le bras faible étant plié (cf. photo ci dessous). Les pieds sont écartés, le pied faible est dirigé vers la cible, le pied fort faisant un angle d'environ 45 degré. L'œil directeur doit suivre la ligne de mire de l'arme, les bras sont "verrouillés". Cette position d'approche fait appel à la vision périphérique (le tireur doit être capable de regarder l'ensemble de son environnement afin d'isoler les éventuelles cibles multiples) et la vision tunnel (au moment de faire feu, le focus doit être positionner sur la cible). Cette position de biais permet en plus d'exposer une partie plus réduite du corps au feu adverse.
La position de sécurité est une Weaver stance à la différence que les bras décrivent un angle de 40/45 degrés vers le bas afin de libérer complètement la vision.
La Weaver stance s'utilise à l'approche d'une zone critique (passage d'angle, de porte, d'escalier etc.). La position de sécurité s'utilise quant à elle lorsque l'on évolue dans une zone dégagée. La passage de la position de sécurité à la Weaver stance doit être rapide est ne nécessité aucune reprise de visée ou un minimum : on monte les bras et shoot.
Cette position impliquant que le corps soit légèrement désaxé nécessite des déplacements à pas chassés avec les jambes légèrement fléchies. Dans l'obscurité, le déplacement à pas chassés à des avantages : il permet de ne pas trébucher lorsque le pied butte sur un objet au sol. Les pieds agissent comme des détecteurs de la situation au sol : présence d'objets, marches, bosses ou trous, sans devoir utiliser la vision qui reste concentrée sur l'arme. Les pieds sont utiles aussi pour ouvrir les portes. C'est tout con et cela sauve la vie.
IV. Les types d'entrées
On distingue deux types d'entrées dans un bâtiment : l'entrée dynamique et l'entrée tactique ou surprise.
L'entrée dynamique doit impérativement être très rapide, elle s'effectue à l'aire de grenades flashbang et elle a pour but de désorienter les suspects. Les assaillants doivent être en grand nombre afin d'infiltrer et d'occuper rapidement la totalité des pièces de la structure. Cette tactique s'utilise lorsque la situation est critique est qu'elle doit être résolue au plus vite lorsque la vie d'otages ou de personnes innocentes est en danger. Il est impératif pour ce genre d'actions de bien connaître à l'avance la configuration du bâtiment et des pièces qui le composent.
L'entrée surprise se caractérise par des mouvements lents et silencieux. La communication entre les membres de l'équipe se fait par geste. C'est méthode qu'on développera maintenant.
V. Passage d'angles et de portes lors de l'infiltration d'une structure
La technique appropriée pour ce genre d'approche s'appelle technique du "slicing a pie" ou d'ouverture d'angle, et s'utilise quelque soit le type d'arme (arme de poing, shotgun, SMG, fusil). En gros, il s'agit de s'écarter du point d'angle en décrivant des arcs de cercle et visant le point d'angle de manière à voir la cible avant qu'elle ne vous voie.
Le SWAT utilise aussi une technique avec un miroir (une perche d'environ 60 cm avec un miroir à 180 degrés au bout) qui permet de voir par delà un angle ou une porte. Cette technique est utile lorsque l'on agit en binôme : le porteur du miroir appelé éclaireur est équipé d'une arme de poing (un .45 en général), il est à quatre pattes en rampant car son observation commence toujours par le bas : moins de chance de se faire repéré car les adversaire regarde généralement è hauteur du visage.
Il est suivi par un traqueur debout derrière lui, généralement armé d'un shotgun (le SWAT utilise le Benelli M3 super 90) qui lui serre de couverture. Ce binôme est généralement suivi par un groupe d'autres traqueurs équipés de SMG (H&K MP5 pour le SWAT). Si la dimension des pièces est importante, type entrepôt, l'équipe disposera d'un traquer armé d'un fusil d'assaut pour les tirs à longue distance (le SWAT utilise le M16 : calibre 223 Remington plus connu sous l'appellation 5.56x45 NATO).
Cette technique avec le miroir est utile surtout dans une configuration où il y a une multitude d'ouvertures et qu'il est difficile d'effectuer des slice pie : s'écarter d'un angle peut parfois exposer le tireur à d'autres ouvertures.
Quelques considérations sur les tireurs d'élites :
Les assaillants du SWAT sont toujours appuyés à l'extérieur par des équipes de sniper qui surveillent toutes les façades ou il y a des ouvertures. Les snipers opèrent toujours par deux : un tireur et un observateur avec des jumelles. L'observateur communique au tireur les éventuelles changement de direction du vent et les mouvements qu'il peut observer à l'intérieur du bâtiment. Un bon sniper est capable d'observer les 2 yeux ouverts, l'œil directeur est en mire par la lunette, l'autre oeil lui sert à observer l'ensemble de la configuration. Il doit être capable de se concentrer sur un oeil ou sur l'autre. Les équipes de snipers sont en communication permanente avec les assaillants. Les snipers du SWAT utilisent entre autre le fusil ROBAR SR60 Bault action sniper rifle en calibre .308. Les distances de tir sont en général de l'ordre de 80 à 100 mètres. Les snipers des SEALS, opèrent généralement en solo, et utilisent des fusils en .50 BMG comme le Barrett ou le MacMilan pour des tirs allant jusqu'à plus de 1500 mètres.
VI. Les points délicats lors d'une infiltration
Il faut faire attention à certains points délicats lors de l'infiltration d'un bâtiment :
- l'utilisation de la lampe : l'utilisation d'une lampe est parfois impérative mais permet aussi à l'adversaire de repérer les assaillants. Ainsi, la lampe doit être utilisée par séquences brèves, les moments pendant lesquelles la lampe est allumée doivent permettre à l'assaillant de repérer et de photographier mentalement la configuration des lieux qu'il infiltre. Un allumage prolongé de lampe devient dangereux. Le top c'est l'intensification de lumière mais bon, c'est assez difficile à ce procurer en France (soumis à autorisation comme les armes eeehhh oui) ou alors il faut connaître un braconnier.
- Les ombres : de la même manière que les lampes, l'ombre de votre corps, à cause du soleil ou d'un éclairage peut aussi vous trahir. Il faut à ce moment là, chercher un moyen d'éviter ce problème : éteindre la lumière ou cacher les ouvertures des rayons du soleils.
- Les changements de chargeurs : si vous devez remplacer votre chargeur ou que vous êtes victime d'un incident de tir (pistolet enraillé, plus de gaz, le canon de mon KWC s'est fait la malle, etc …), mettez vous à couvert pour résoudre votre problème, ne vous laissez en proie aux adversaires en plein milieu du chemin.
- Les escaliers posent un problème majeur également, mais pas insoluble. Il faut utiliser là aussi la technique slice pie en prenant bien soit d'examiner tous les angles morts. Leur rôle des pieds est ici très important, il faut pouvoir monter ou descendre un escalier sans regarder les marches, la vision étant concentrée sur l'observation des lieux. Les mouvements doivent être lents, silencieux et précis.
- Engagement d'une cible très rapprochée : dans certaine situation, il est nécessaire de réagir rapidement pour engager une cible très rapprochée, la place disponible entre la cible et le tireur étant insuffisante pour employer la Weaver stance. Dans ce cas, deux options sont possibles : la speedrock est une technique simple qui se traduit par un tir main forte avec l'arme à la hanche comme ceci : , ça fait un peu cowboy mais c'est très efficace lorsque la cible se trouve à moins d'un mètre.
L'autre possibilité est le stepback : un pas chassé rapide vers l'arrière permettant de libérer l'espace nécessaire pour arriver à la position de Weaver stance.
Dans tous les cas, le fait de marcher, monter ou descendre un escalier ne doit pas être gênant : un bon tireur est capable de tirer sans pour autant arrêter sa progression. Avec de l'entraînement, il est possible d'engager des cibles multiples à 360 degrés tout en progressant, la marche devenant un réflexe complètement détaché de son attention.
VII. Considérations techniques sur les armes de poing
Ces considérations sont basés sur des armes réelles mais sont destinées à apporter un plus au niveau du réalisme lors des parties de softair.
Le choix d'une arme de poing et surtout de son calibre est très important, voici quels sont les critères primordiaux :
- l'arme doit être de fonctionnement simple : pas de gadgets du style compensateurs, Aimpoint, laser ou autre qui sont réservés à la compétition.
- La puissance de feu d'une arme s'évalue par rapport à son calibre mais aussi à sa capacité : un Glock 22 en 40S&W à 15 coups vaut mieux qu'un Desert Eagle .50 AE à 7 coups.
- Le poids de l'arme est une donnée importante : un Desert Eagle, avec ses 1 kilos 8 à vide (entre 1700 et 1900 grammes suivant le calibre) est inutilisable en action. De plus, son calibre surpuissant est plus un inconvénient qu'un avantage du fait du recul important. Le Desert Eagle est surtout utilisé pour le tir de précision en compétition sur cible métallique (50 à 200 mètres). Alors laissez le à Lara Croft. L'utilisation d'une telle arme n'est absolument pas réaliste.
- Certains pistolets sont d'une fiabilité réduite à cause même de leur conception ancienne : Beretta 92 (fonctionnement issu du P38 d'avant-guerre) ou colt 1911 (date de 1911 comme son nom l'indique) par exemple.
Revenons donc à nos moutons : le dégainé et ses 5 phases la position de départ étant rappelons le : les bras le long du corps:
1) La main forte vient enfoncer l'arme dans son holster : on appelle ça "chausser" l'arme. C'est une partie très importante du dégainé puisque la position de la main forte sur la poignée de l'arme est définie à ce moment et ceci jusqu'à la fin du mouvement. Une mauvaise préhension de l'arme aboutira fatalement sur un tir raté. L'index de la main forte est en dehors du pontet et le restera jusqu'au point 5, ceci évidemment pour éviter un tir intempestif.
Pendant ce temps, la main faible se porte à la hanche en pliant le coude légèrement (remarque : si vous arrivez à porter la main à la hanche sans plier le coude, c'est que vous êtes mal fichu). La main faible est ouverte à plat, on dit d'ailleurs qu'elle est "en cuillère", elle pointe vers la cible. La main ouverte permet de se pré positionner pour la préhension de l'arme.
2) L'arme est extraite du holster par un pliage du coude fort. La main faible reste là où elle est.
3) Une rotation de l'épaule forte va maintenant amener l'arme vers la main faible qui est "cuillère" rappelons le. Le coude fort n'a pas besoin de bouger. La main faible vient se positionner sur la poignée par dessus la main forte.
4) Le bras fort se tend, et emmène l'arme à un angle d'environ 45 degré vers le bas par rapport à l'horizontale. La sécurité est dégagée (sauf si vous avez un revolver ou un glock comme moi hé hé J ). On est à ce moment en position de sécurité. Les bras sont maintenant verrouillé, seules les épaules continuent de bouger.
5) On monte l'arme en direction de la cible en effectuant une rotation des épaules. L'index de la main forte vient seulement maintenant se placer sur la détente. En principe, si vous êtes bien entraîner, bang et dans le mille avec un minimum de temps de visée.
II. Points délicats lors d'une infiltration (suite…)
J'avais oublié certains de ces points et peu développer certains autres donc on revient un peu dessus :
- les odeurs : je sais, c'est con à dire mais éviter de vous renverser le flacon de parfum dessus le matin. Les odeurs sont un bon moyen de se faire repérer, surtout en lieux clos. Combien de GI's se sont fait tuer au Vietnam à cause de leur after-shave qui sentait à 3 kilomètres. Donc molo sur l'eau de Cologne sinon, on saura par où vous êtes passés.
- Facteurs sonores : ils sont aussi importants que les facteurs visuels, il faut donc être conscient que le frôlement d'un objet peut suffire à révéler votre position. Les bruits ambiants peuvent par contre offrir un avantage tactique : profiter de faire coïncider un mouvement avec le bruit d'un camion qui passe ou d'un avion. S'il n'y a aucun bruit ambiant, eh bien déplacer vous en silence et porter attention à la tenue et au matériel (préférer des habits près du corps qui risquent moins de s'accrocher dans le décor).
- La lampe : on en a déjà parlé avant et je vous avais dit de l'utiliser par séquences courtes. Mais j'avais oublier de préciser qu'il est conseillé de changer de position en latéral après chaque allumage de la lampe, ceci afin d'éviter de laisser à l'adversaire une indication de votre position. Vous pouvez même vous baissez un instant. La même règle sur les séquences courte est valable pour l'utilisation des pointeurs laser, si le lieux est enfumé ou qu'il y a de la poussières en suspension, le laser est plus dangereux pour vous que pour votre ennemi donc laser avec remote command si possible, et à utiliser au dernier moment.
- Pour les snipers, attention à vos lentilles, un rayon lumineux dirigé vers votre lunette peut vous dévoiler : comme les chats la nuit (d'ailleurs, c'est sur ce principe qu'on été développés certains systèmes contre-sniper durant la guerre en ex-Yougoslavie). Donc, pour éviter d'être repéré, les lentilles doivent être découvertes au dernier moment.
- Dans l'obscurité, normalement, seul l'éclaireur utilise la lampe, les autres le suivent mais par petits groupes. Rappel : un éclaireur muni d'un PA (colt .45 pour le SWAT) équipé d'une lampe avec un controle remote et d'un miroir suivi d'un traqueur en arrière garde avec un shotgun. Puis un ou plusieurs autres groupes d'assaillants munis de SMG (MP5 en général P90 ou fusil court type M4A1, AKMS, MC51, AUG en 9mm, etc. …). Les différents groupes évoluant ne doivent pas se suivre de trop près (laisser quelques mètres) et être déployés sur la largeur de l'espace à infiltrer (un groupe à gauche de trois à gauche, un groupe de trois à droite), l'explication est simple : si vous êtes découverts et que vous êtes tous regroupés, une rafale et tout le monde est mort J .
Dans les grands espaces, on a toujours un traqueur en couverture avec un fusil long en 223 (M16, AUG, Kalash, etc …) pour les tirs à longues distances.
III. Les gestes
Les gestes que je vais décrire maintenant sont utilisés internationalement et viennent de l'armée. Leur utilisation est indispensable lors de toute infiltration tactique (à moins de disposer de LASH comme le SWAT : c'est un système radio dont les micros détectent les vibrations du larynx, il suffit donc de murmurer pour parler avec un LASH).
1) Un poing levé est fermé signifie : ne bouger pas
2) Bouger votre main horizontalement au dessus de votre tête signifie : couvrir
3) Un poing levé en mouvement vertical signifie : vite
4) Un main avec les doigts écartés indique un suspect, la direction que vous montrez indique sa position
5) Un claquement de doigt est utilisé pour avoir l'attention de quelqu'un. Si vous entendez un claquement de doigts, cela signifie que quelqu'un veut votre attention.
6) L'index tendu dans une direction signifie que l'on veut que vous regarder dans cette direction.
7) Un pouce levé signifie que la zone est libre.
Une main plate verticale signifie : stop, arrêter toute action ou mouvement. .

Après on peux étoffer comme on veux ^^

Toutes les idées sont bonne à prendre mes ptits ^^
_________________
Le meilleur moyen de réaliser l’impossible est de croire que c’est possible..


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Juil - 18:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Smylesse
SMA

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2012
Messages: 193
Localisation: Saint remy
role de squad: operateur
repliques: M249-MP5-glock17
team: GCA-SMA

MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 09:22 (2012)    Sujet du message: Déplacement tactique Répondre en citant

tu as pas trouver plus long ???
_________________
--- FORCE & HONNEUR ---





Revenir en haut
le snipe
membres d'autres team & freelancer

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2012
Messages: 279
Localisation: sermesse
repliques: ASW 338 ML ; glock 19

MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 12:07 (2012)    Sujet du message: Déplacement tactique Répondre en citant

Mdr 

Revenir en haut
mat71350
SMA

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2012
Messages: 249
Localisation: gergy
Masculin Taureau (20avr-20mai)
role de squad: operateur
repliques: m4a1 cqb, g36c,g19,jericho
team: GCA,SMA

MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 21:04 (2012)    Sujet du message: Déplacement tactique Répondre en citant

Mort de Rire
_________________
dans la bravoure se trouve l'espoir


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:05 (2017)    Sujet du message: Déplacement tactique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    section milsim airsoft Index du Forum -> Espace prive SMA -> espace tactique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[electro] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com